Florence PARLY à Bamako, charge les mercenaires russes : « l’engagement des mercenaires de Wagner mène à l’échec »


La ministre française des armées Florence a effectué une visite dans la capitale malienne dans un contexte où la tension est très tendue concernant la présence française militaire au Mali et l’éventuelle arrivée des mercenaires russes dans le pays. Une visite durant laquelle, la représentante du gouvernement français n’a pas manqué de charger l’entreprise privée russe Wagner, pour dissuader les militaires maliens sur une possible collaboration avec dernière.

Bien qu’il n’y ait pas d’acte posé pour officialiser un contrat avec la société Wagner, le partenaire militaire du Mali ne dort pas sur ses deux oreilles. Pour cause, la France est en passe d’être supplantée par la Russie sur le sol malien. L’allié du Mali ne reste pas insensible à cette nouvelle. Lors d’un entretien accordé à nos confrères de du journal « l’Indépendant » en marge de sa visite à Bamako, la ministre française des armées Florence PARLY avance des arguments pour tacler sa nouvelle adversaire la Russie. « L’expérience et les faits démontrent que l’engagement de Wagner mène à l’échec. Ce fut le cas au Mozambique, où l’intervention de Wagner, qui a dû se retirer piteusement, n’a aucun cas permis d’améliorer la situation » a-t-elle déclaré. 

De surcroit, la représentante du gouvernement français, continue de citer des exemples des pays qui selon elle, n’ont pas de bons souvenirs de la société Wagner. Aux dires de Florence PARLY « le déploiement de cette société a accentué la déstabilisation de la Centrafrique, générée par des tensions avec les Nations Unies. Cette collaboration avec Wagner s’est traduite par des graves violations des droits de l’homme dont les exactions contre les populations civiles, une prédation sur les ressources  et du pays… Nous souhaitons le retour de l’État malien à travers ses propres armées, pas l’arrivée des mercenaires russes ».    

Cette réaction de la France n’est pas passée inaperçue, selon plusieurs observateurs. Elle manque  d’objectivité, soutiennent – ils . Pour eux, le partenaire militaire du Mali, la France est dans le creux de la vague,  et essaye de redorer son blason à travers cette visite qui au regard des faits, n’a été qu’un coup d’épée dans l’eau.  

Abdoulaye Konimba KONATÉ

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article