Harcèlement sexuel dans le milieu du Basket : après le scandale du Mali, des cas d’agressions sexuelles signalés au Kenya


Alors que la fédération malienne de basket a fait l’objet d’une enquête sur un sujet accablant d’harcèlement sexuel systémique, qui a failli évincer le président de la Fédération Internationale de Basket, le malien Hamane NIANG, il y a quelques mois, une ancienne basketteuse kényane révèle avoir été victime d’agressions sexuelles de l’un de ses entraineurs.

Sous la couverture de l’anonymat, l’ancienne joueuse de basket kényane âgée de 30 ans, s’est confiée au média britannique BBC Sport. Elle a donc à ses dires, subi à moult reprises des abus sexuels perpétrés par un entraineur. En révélant son cas dans les médias, la joueuse estime avoir répondu à un « besoin de sauver les autres filles qui ont aussi connu cette infortune, et sa propre personne ». Car « les basketteuses savent ce qui se passe mais elles restent silencieuses»  a-t-elle précisé.

Par ailleurs, ce phénomène d’harcèlement et d’agressions sexuelles devient de plus en plus un fait récurent dans le basket africain de manière générale.

En juin dernier, le journal New York Times et l’ONG Human Rights Watch ont révélé des cas de violences sexuelles dont plus d’une dizaine de joueuses maliennes de basket aurait subi de la part de leurs entraineurs. Une situation qui a tout de suite pris un tournant judicaire avec l’inculpation pour « pédophilie, tentative de viol et attentat à la pudeur » du sélectionneur de l’équipe féminine des moins de 19 ans, Amadou Bamba.

L’affaire a aussi soulevé une grande tempête et conduit à la suspension temporaire du président de la Fédération internationale de Basketball (FIBA), le malien Hamane NIANG, qui avait aussi géré de 1999 à 2007 la fédération malienne de basketball, et l’actuel président de la fédération Harouna MAÏGA. Hamane NIANG sera blanchi trois plus  tard après la conclusion d’un expert indépendant que les Nations Unies avait mandaté pour enquêter sur l’affaire.

Abdoulaye Konimba KONATÉ

 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article