Slam ni Yèlè Massa : les activités officiellement lancées 


Le groupe Agoratoire a procédé le jeudi 19 août 2021, à la Maison des jeunes de Bamako, au lancement officiel de son projet « Slam ni Yèlè Massa », un programme de formation en slam et humour et de résidences de création à l’endroit de 25 jeunes de Bamako et de Ségou.  

Engagé dans la promotion des arts et la culture au Mali et notamment le slam, le groupe Agoratoire est à l’origine de plusieurs initiatives entre autres le Festival international du slam et de humour du Mali (Fish Mali), le Massa Slam (compétition nationale de slam-poésie), les ateliers slam annuels dans les écoles « Slam class », et Slam ni Yèlè Massa dont l’édition 2021 a été lancé le 19 août dernier à la faveur d’une conférence de presse animée par le président du groupe Agoratoire Aziz Siten’k et la directrice de la maison Agoratoire Aïcha Diarra.

 Slam ni Yèlè Massa un programme de formation en slam et humour. L’édition 2021 met un accent particulier sur la sensibilisation sur les violences basées sur le genre (VBG) avec comme objectif est la lutte contre les VBG) et contribuer à l’épanouissement des femmes à travers la revendication de leurs places dans la société via le slam et l’humour. « Le nombre de cas de violences basées sur le genre (VBG) rapportés est passé de 2021 cas de  janvier à juillet 2019 à 2981 cas de janvier à juillet 2020, soit une augmentation de 47%», expliquent les organisateurs. Ces données, selon eux, révèlent que 99% des personnes touchées sont des femmes et 36% des VBG sont des violences sexuelles.

 Selon le Système de Gestion des informations sur les VBG (Gbvims), rapportent-ils, 4 617 incidents ont été enregistrés en 2020 dont 97 % des survivant(e)s étaient des femmes et 45% des filles de moins de 18 ans. « L’absence d’une loi spécifique pour répondre aux VBG et la faible application des textes juridiques protégeant les femmes et les filles demeurent les facteurs contribuant à l’augmentation des cas», regrettent-ils.

 Ils seront au nombre de 25 artistes soit 5 slameurs, 6 slameuses et 7 filles humoristes, 7 garçons humoristes issu du district de Bamako et de la région de Ségou à prendre part à ce programme de formation et de résidences de création qui se tiendra du mois d’aout 2021 à mars 2022. Comme innovation, cette édition compte faire la part belle aux personnes vivant avec un handicap. C’est pourquoi d’ailleurs, le public présent à la cérémonie de lancement a été émerveillé par la prestation en slam de deux femmes handicapées.    

Le projet Slam ni Yèlè Massa se déroulera en plusieurs phases. Il y’aura dans un premier temps des ateliers d’écriture de slam et humour à Bamako et à Ségou. Cette première phase se clôtura le 11 octobre 2021 par la grande finale de la compétition nationale de slam poésie et humour. Suivront une résidence artistique pour la création et la présentation d’un spectacle dénommé « Femme Sa Muse », qui donne la parole aux femmes via la slam et l’humour,  la présentation de l’anthologie malienne de slam poésie ainsi que la production d’un film documentaire de 26 minutes retraçant l’ensemble des activités réalisées au cours du projet.

Notons que le projet « Slam ni Yèlè Massa » est soutenu par l’Ambassade du Canada au Mali dont la représentante à la cérémonie de lancement Amélié  Bordelau a estimé que les objectifs du projet cadrent parfaitement avec la priorité de l’ambassade dans le cadre des initiatives comme la promotion des droits de l’homme, la lutte contre les violences basées sur le genre et la promotion de l’inclusion sociale.

Youssouf Koné  

 

 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article